14/10/2014

Le caïd, ses sbires et leurs complices : tolérance zéro !

Le MCG, est pour la tolérance zéro.

Pour éradiquer le deal de rue, il faut non seulement s’attaquer au caïd mais aussi à tous ses sbires qui permettent le trafic. Aussi, Eric Stauffer arpentant les Pâquis, pense qu’il faut frapper fort les échelons les plus bas.

C’est cette même envie de tolérance zéro que j’ai eue en visionnant les images du Grand Conseil de vendredi dernier. Peut-être faut-il frapper fort les sbires pour espérer contenir le  caïd.

Fallait-il ou non relire l’amendement, chacun est libre de faire son opinion. Qui a raison ? Chaque avocat interprètera la loi pour lui faire dire ce qu’il voudra. Qui tranchera ?

Plus que la harangue vindicative et hurlée de leur chef, c’est l’attitude de ses suiveurs qui m’a le plus surpris. Comment laisser impuni le comportement de quelques députés qui ont quitté leur place pour entourer, torses bombés, leur président d'honneur ? Que l’un ou l’autre de nos députés soit plus fort qu’un autre dans l’invective ou soit doté d’un timbre de voix plus puissant qu’un autre, passe encore, mais que quelques uns se comporte de la sorte au sein même du parlement est inadmissible.

En tant que citoyen genevois, il me plairait que le bureau du Grand Conseil "examine les suites à donner à cette affaire" dans son ensemble et, à défaut du caïd qui vient de s'absoudre, condamne fermement ceux qui, par leur attitude inacceptable, n’ont pas rempli consciencieusement leur mandat !

Je suis aussi curieux de ce que pense le Conseiller d’Etat Maudet et Madame la Cheffe de la police  des images de l’engagement pour le moins sans conviction, pour ne pas dire complice, de la maréchaussée pour faire appliquer la loi.